Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Ath en Transition
  • : Et si notre réponse au pic du pétrole, aux changements climatiques et aux crises économiques ressemblait plus à une fête qu'à une marche de protestation ?
  • Contact

logo-transition-network.gifAth en Transition fait partie du Transition Network, avec plus de 1100 villes et territoires dans le monde. C'est une progression extraordinaire que le mouvement citoyen et mondial de la transition connaît depuis la fin 2006.

Le mouvement se structure maintenant aussi chez nous avec le Réseau Transition Wallonie - Bruxelles.

Agenda

12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 23:09

in-transition-2.0.jpgVoici le compte-rendu du débat qui a suivi la projection du film « En Transition 2.0 ». Ces questions sont posées par des personnes présentes et débattues entre personnes présentes.

Dans le cadre d'Ath en transition, comment les personnes qui n'habitent pas Ath peuvent participer (Ex : étudiants de l'école d'agriculture qui logent à Ath mais n'y habitent pas ? ).

Il est bien entendu que le projet de potager collectif en permaculture est ouvert à toutes les bonnes volontés. Cependant, il est nécessaire de pouvoir se coordonner pour savoir qui va quand et qui fait quoi sur le site. Mais cela n'est pas une grande difficulté. Pour le projet de transition en général, il est ouvert à toutes et tous.

 

Existe-t-il un marché du troc à Ath, où on échangerait par exemple des légumes, sur le modèle du SEL ?

Le SEL consiste en l'échange de petits services entre membres. L'échange de produits – je te troque 6 oeufs contre une bouteille de lait p.ex. - n'est pas possible dans le cadre du SEL. Mais c'est une bonne idée et si des personnes veulent le faire, elles peuvent l'organiser car c'est cohérent avec la transition.

 

Il n'est pas toujours aisé d'avoir de bonnes relations avec ses voisins. La communication est parfois difficile. Comment peut-on mettre en place un jardin partagé lorsqu'on ne s'entend pas avec ses voisins 

    • certaines personnes se plaignent de voisins pas très ouverts à d'autres opinions

    • il y a parfois un choc culturel entre les nouveaux habitants d'un quartier et ceux qui y habitent depuis plusieurs années

Il existe des projets qui permettent de (re)créer du lien entre habitants d'un même quartier, d'une même rue :

    • rues en transition, qui va démarrer en septembre

    • jardin partagé : bien souvent, faire pousser des légumes, permet d'éviter le choc frontal entre voisins qui n'ont pas les mêmes opinions, et de rassembler ceux-ci autour d'une activité commune. Par exemple, un cadre et un chômeur qui se retrouveraient pour jardiner.

    • nous sommes bien souvent inhibés par nos peurs. Apprendre à connaître l'autre permet d'apaiser certaines peurs

 

La richesse d'une communauté ce sont les membres de cette communauté. Mais s'il y a des profiteurs ? Comment prévenir cela ? Afin d'éviter le délitement de la communauté, ne faut-il pas des règles acceptées par tous, sur le modèle des règles monastiques ?

Le mouvement de la transition ne semble pas devoir souffrir des mêmes problèmes que les communautés 68ardes, repliées sur elles-mêmes. Il n'y a pas ici le rejet de la société, mais plutôt la volonté de construire une réponse communautaire aux défis posés par notre façon de vivre. L'attrait d'un mode de vie plus en harmonie avec les autres, la nature et nos convictions propres, ainsi que l'enthousiasme et la fierté causés par le sentiment de faire des choses positives constituent un moteur bien plus puissant qu'un ensemble de règles imposées. Maintenant, des règles de vie en société sont bien entendu nécessaires.

 

Plusieurs participants citent l'exemple de la boulangerie à Slaithwaite, qui est une boulangerie coopérative, où les consommateurs participent au capital et sont rétribués non pas en intérêts mais en pain.

 

Un participant a retenu une phrase clé citée par un des protagonistes du film, du village portugais d'Amoreiras : « Quelle ville rêvez-vous ? »

 

Est-il possible de vivre de la transition ?

AeT : la transition n'est pas un but à atteindre, mais plutôt un moyen d'aller vers un avenir plus souhaitable, où chacun trouverait une place et serait plus heureux. Certains métiers disparaîtrons dans le futur avec l'adaptation au contexte, d'autres resteront. A un moment du développement de cette démarche, on crée des emplois, des entreprises locales et éthiques pour un futur plus résilient et plus centré sur le bien-être.

 

Par rapport aux principes du développement durable - efficacité économique, équité sociale et protection de l'environnement – le mouvement de la transition apporte un message original, plus positif.

La survie n'est ici pas la finalité. Il s'agit ici de vivre mieux dans un monde plus souhaitable plutôt que de survivre dans le monde actuel. La permaculture propose elle une éthique basée sur trois principes : prendre soin de la terre – prendre soin de l'homme – partager équitablement.

 

Une chose intéressante montrée dans le film, c'est que tous les intervenants semblent heureux et fiers des petits gestes qu'ils accomplissent dans la transition.

Ce qui semble évident, c'est la joie et le plaisir d'être ensemble et de faire des choses constructives.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article

commentaires