Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Ath en Transition
  • : Et si notre réponse au pic du pétrole, aux changements climatiques et aux crises économiques ressemblait plus à une fête qu'à une marche de protestation ?
  • Contact

logo-transition-network.gifAth en Transition fait partie du Transition Network, avec plus de 1100 villes et territoires dans le monde. C'est une progression extraordinaire que le mouvement citoyen et mondial de la transition connaît depuis la fin 2006.

Le mouvement se structure maintenant aussi chez nous avec le Réseau Transition Wallonie - Bruxelles.

Agenda

5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 19:29

argent-dette.jpg

 

« Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin » (Henry Ford, industriel).

 

« Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu'une armée debout. Celui qui contrôle l'argent de la nation contrôle la nation » (Thomas Jefferson, ex-président des Etats-Unis).

 

 

Cet article a pour but d'informer les citoyens concernant l'organisation économique dont nous sommes tous victimes : le pouvoir de création monétaire virtuelle par les banques commerciales et l'interdiction pour l'Etat d'emprunter sans intérêts auprès de sa banque centrale. Nous allons en saisir les conséquences...

 

 

 

 

COMMENT SE FAIT LA CREATION MONETAIRE ?

 

Aujourd'hui, l'argent naît dès lorsqu’il est emprunté par une personne, une organisation ou un état (crédit). L’argent n’existe pas jusqu’à ce que quelqu’un l’emprunte. C’est donc de ‘l’argent basé sur une dette’ et non basé sur une substance existante (l’or, l’argent, etc).

 

Si l’« argent » naît que dès lors qu’il est emprunté et qu'il n'est pas basé sur une substance, que donc il n’existe que parce qu'il y a la confiance en sa valeur... Alors d'où vient le fait que les banques fassent autant de bénéfices en demandant des « intérêts » sur un argent qu'elles ne possédaient pas au départ ?

 

 

Dans l'autre sens, lorsque nous déposons de l'argent à la banque, nous faisons en fait un prêt à cette banque, qui en fait ce qu'elle veut (le plus souvent de la spéculation risquée voire très risquée sur les marchés financiers, où elles financent par exemple l'armement, des multinationales controversées...). En échange, la banque verse sur notre compte des intérêts, qui sont inférieurs à ceux que nous devons payer lorsque nous empruntons de l'"argent-dette" à la banque.

 

Il faut donc rejeter complètement l'idée que pour qu'un banquier puisse  proposer un crédit, il faut qu'un épargnant soit passé avant à la banque pour y déposer des économies, et qu'en fin de compte, c'est l'épargne d'un autre que le banquier prête, en prélevant sa commission au passage (l'intérêt). Non, les banques prêtent beaucoup plus d'argent qu'elles n'en ont réellement...

 

Alors en réalité d'où vient cet argent que les banques nous prêtent ?  Est-il vraiment possible qu'elles le créent... tout simplement à partir de rien ?   Oui, grace à un système très peu connu du grand public...

  • Sreait-ce parce que l'on pense qu'il est affaire de spécialistes et que l'esprit du commun des mortels ne saurait l'appréhender ?
  • Ou encore parce que le mettre en pleine lumière risquerait de pousser les esprits "éclairés" à se rebeller ?


Les banques commerciales possèdent donc le privilège de vous vendre (nous payons par les intérêts) de l'argent qu'elles ne possèdent pas. Pour quelqu'un d'autre ce serait une escoquerie, pour les banques, c'est pourtant légal.

Elles le créent donc à chaque demande de crédit (que ce soit pour un particulier, une entreprise ou un Etat). Chaque crédit revient donc à augmenter la masse monétaire globale et cela en diminue donc aussi la valeur.

 

 

Christian Arnsperger, Docteur en Sciences économiques, Agrégé de l'enseignement supérieur, Maître de recherche du FNRS (Fonds National de la Recherche Scientifique, Belgique) et Professeur à l'UCL nous parle de ce système en répondant sur son blog à un ancien chief economist dans une grande banque commerciale :

 

Arnsperger DSCN0130"Notre" système et son secteur bancaire ont inscrit l'obligation de croissance jusque dans nos corps et dans nos âmes. Pour nourrir les rentes des plus nantis et aussi, de plus en plus, simplement pour avoir nous-mêmes des pensions un peu correctes, nous sommes obligés de contribuer quotidiennement à cette grande "production de richesse" qui n'a pas encore, à ma connaissance, fait la preuve de sa capacité à éradiquer l'inégalité tout en sauvegardant l'environnement.

 

Le secteur bancaire prête de l'argent qu'il n'a pas et oblige les gens, pour son propre bénéfice, à lui ramener le principal avec des intérêts qui n'ont aucune justification. (Ne nous dites surtout pas que l'intérêt rémunère l'épargne -- vous savez que c'est un mensonge. L'intérêt rémunère les banques qui, en tant que secteur, prêtent 17 ou 20 fois les dépôts et l'épargne qu'elles reçoivent. Maurice Allais, prix Nobel d'économie, comparait cela à du faux-monnayage rendu légal par un lobbying acharné aux XIXe et XXe siècles.)

 

C'est cette logique-là que "notre" système nourrit, et votre crainte, soucieux que vous êtes d'un soi-disant "intérêt général", est peut-être que les citoyens en prennent enfin conscience. Vous n'avez, je pense, pas du tout peur du communisme, mais bien de la démocratisation de la finance et de la monnaie, de la dépossession des élites financières d'un monopole injustifié qu'elles détiennent dans l'ombre depuis très longtemps -- bref, vous avez peur de la démocratie économique, de l'égalitarisme et de la prise de conscience des citoyens."

 

 

 

 Pour continuer, il faut se rendre compte qu'en europe, 93% de la monnaie serait créée virtuellement par les banques privées, en quelques secondes, par une simple écriture sur votre compte avec leur ordinateur (7 % de la monnaie est créé par les banques centrales, il s'agit des billets et des pièces).

Réclamer un intérêt (qui bien souvent double la somme empruntée) sur de l'argent qui est tiré du néant par une simple écriture sur des comptes (actif/passif) est donc légal. Mais est-ce vraiment légitime ? Est-ce vraiment acceptable ?   Est-ce durable ?

 

Savons nous aussi que selon le film "l'argent dette" (voir plus bas), dans les intérêts perçus par les banques, 20% sont reversés dans la circulation, 20% couvrent les frais de la banque et 60% grossissent le portefeuilles des plus grosses fortunes... Accentuant le fossé entre les plus riches et les plus pauvres. Encore une fois, est-ce vraiment légitime ?

 

 

LA CRISE ECONOMIQUE ET FINANCIERE DE 2008


Dans la revue Diplomatie (avril-mai 2009), Bernard Lietaer, économiste belge spécialiste des questions monétaires internationales nous explique que "La crise financière actuelle n’est pas seulement le résultat d’une défaillance cyclique ou de gestion, mais est d’origine structurelle.

Une première preuve de cette affirmation est que le Fonds monétaire international a identifié plus de 124 autres « crises bancaires systémiques » depuis 1970, et que ces crises se sont déroulées sous des régimes de régulations très variés et dans des pays à divers niveaux de développement économique."

 

Pour Bernard Liétaer, "La solution structurelle consiste donc à diversifier nos types de monnaies, en introduisant des monnaies spécifiquement conçues pour augmenter la disponibilité de moyens standardisés d’échange, plutôt que de maintenir le monopole d’une monnaie unique qui sert également à l’épargne et à la spéculation."

 

 

Rappelons-nous aussi que les banques nous ont prouvé avec la crise de 2008 qu'elles n'assumaient pas les risques qu'elles prenaient : Ce sont les Etats (donc les citoyens) qui ont dû "sauver" les banques...

 

Le petit film suivant nous explique le phénomène de création monétaire en lien avec la crise de 2008. Ce film a été créé par Pablo Ruiz , et y interviennent Philippe Derudder, François Morin, Christian Gomez et Andre Jacques Holbecq.

 

 

 

LA DETTE PUBLIQUE

 

Les Etats empruntent eux aussi auprès des banques commerciales, qui leur demandent de rembourser avec des intérêts. Les intérêts réclamés par les banques sont la cause première d'une dette publique impossible à rembourser!

Par exemple, si la France n'avait pas légué en 1973 son droit régalien d'émettre la monnaie, les français s'épargneraient 40 à 50 milliards d'euros d'impôts chaque année et la dette serait totalement remboursée depuis 2006.

 

D'autre part, pour rembourser la dette (D) + les intérêts (I), il faut créer du nouvel argent puisque seul "D" a été créé.

La banque prête "D" et réclame "D+I". Ce nouvel argent doit venir de quelque part... d'un autre crédit ou de la poche de quelqu'un d'autre. Le système a donc pour conséquence qu'il est impossible que tout le monde rembourse ses crédits, et que certains feront faillites (des entreprises, des particuliers, des Etats).

 

 

QUEL LIEN AVEC LES INITIATIVES DE TRANSITION ?


La spéculation de plus en plus risquée sur les marchés financiers (économie virtuelle) et les crédits de plus en plus risqués sont à l'origine de la crise économique et financière de 2008 : c'est lorsque de nombreux clients n'ont plus été en mesure de rembourser leur crédits (leurs dettes), ce qui a fait chuter le marché immobilier, que la crise des subprimes a débuté. Avec toutes les conséquences négatives au niveau social et économique sur l'économie réelle.

Or, dans le système de création de monnaie actuel, pour rembourser la dette, il faut toujours créer de la valeur, il faut donc toujours plus de croissance. Une croissance exponentielle. La croissance reste donc le dogme à suivre pour que le système de création de la monnaie ne s'écroule pas. Et pourtant, la croissance est toujours accompagnée d'une augmentation de la consommation d'énergie ainsi qu'une augmentation des émissions de CO2.

 

Nous n'expliquerons pas ici les nombreux effets pervers de la croissance économique pour l'environnement, le climat, la biodiversité, l'emploi, le bien-être...  Ni le fait qu'une croissance exponentielle dans un monde qui a des ressources limitées est impossible... Beaucoup d'articles et d'ouvrage de référence scientifiques traitent de ce sujet.

 

Par contre, nous insisterons ici sur le fait que la croissance est basée sur la disponibilité d'énergie fossile bon marché...  Ce qui nous ramène au pic du pétrole et à la fin des énergies fossiles bon marché.

La vaine tentative de poursuite de la croissance économique, dans un monde qui n'a pourtant plus assez d'énergie à disposition, dans le cadre d'un système basé sur "l'argent dette" est donc un frein important qui empêche la remise en question des sociétés face aux enjeux majeurs de notre temps.

 

 

POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYSTEME DE CREATION MONETAIRE BASE SUR "L'ARGENT DETTE"

 

Nous proposons de visionner un autre documentaire : "l'argent dette". Animé, plus complet que le précédent, plus polémique aussi, mais aussi dynamique et divertissant. Ce film de l’artiste et vidéographe Paul Grignon explique dans cette version révisée et améliorée en 2010 (le film original était sorti en 2008) les effets "magiques" mais pervers du SYSTEME ACTUEL D’ARGENT-DETTE avec une bande son française et des termes compréhensibles par tous !

 

 

 

 

Et enfin, pour aller plus loin, voici "l'argent dette 2 : promesses chimériques".
Présentation du film :
"Renflouements, plans de relance, dettes empilées sur d'autres dettes. Quand tout cela prendra-t-il fin ?
Comment sommes-nous arrivés à une situation où il n'y a jamais eu autant de richesse matérielle ni de productivité, et où pourtant tout le monde est endetté auprès des banquiers ?
Et voilà que soudain les banquiers n'ont plus d'argent et que nous, les contribuables, devons les renflouer en nous endettant encore d'avantage !

L'Argent Dette II (LAD2) explore l'arithmétique déroutante, frauduleuse et destructrice du système monétaire qui nous tient en otages par une dette constamment grandissante ... et envisage des systèmes novateurs d'avenir."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

getting rid of skin tags 04/10/2015 23:47

Just be aware that Castor oil is a little bit on the stink year side of things – so plan out your social schedule around your home remedy for getting rid of skin tags!

buy stilnoct no prescription needed 29/08/2015 13:18

I am so much pleased to get this planning. I am looking ahead to read more about it. This is a very lovely post.

Online casino software 21/08/2015 21:11

I enjoyed reading your article and found it to be informative and to the point. Thank you for not rambling on and on just to fill the page.

climbing holds 11/09/2015 12:10

That is a really good tip particularly to those new to the blogosphere. Simple but very precise information_ Thank you for sharing this one. A must read article!

buy stilnox 17/08/2015 13:12

On my first visit i really got surprised while stumbling upon these categories of blog reviews written here, i awaited a lot for this and now finally got the solution here only.

buy ativan online 13/08/2015 11:13

The most important single ingredient in the formula of success is knowing how to get along with people.