Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Ath en Transition
  • : Et si notre réponse au pic du pétrole, aux changements climatiques et aux crises économiques ressemblait plus à une fête qu'à une marche de protestation ?
  • Contact

logo-transition-network.gifAth en Transition fait partie du Transition Network, avec plus de 1100 villes et territoires dans le monde. C'est une progression extraordinaire que le mouvement citoyen et mondial de la transition connaît depuis la fin 2006.

Le mouvement se structure maintenant aussi chez nous avec le Réseau Transition Wallonie - Bruxelles.

Agenda

12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 17:20

Berco-ecolo-2.jpgNous vous l'annonçions dans de précédents articles, et comme la vidéo ci-dessous l'explique très bien, le pic du pétrole conventionnel (le pétrole bon marché) a été dépassé en 2006.

 

Notre société de consommation actuelle s'est construite sur l'abondance de pétrole bon marché, elle va donc devoir s'adapter à la fin progressive de l'ère du pétrole. Le nucléaire (et ses déchets radioactifs), qui ne représente que 6% de l'énergie consommée dans le monde, n'a pas le potentiel pour remplacer le pétrole. Mais alors ?

La bonne nouvelle

C'est que si l'on s'adapte pour utiliser moins d'énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon, sachant que le pic du gaz et d'autres matières premières vont suivre), ce sera positif pour le climat et pour l'environnement.

 

Si en plus on décide de s'adapter en développant localement dans nos société la capacité à résister et à s'adapter positivement aux crises (ce qu'on appelle la résilience locale) énergétiques et aux changements climatiques, en ajoutant à la liste la résilience face aux crises économiques, financières, sociales...  nous pourrions bien être en route vers une ère bien plus agréable et plus juste que l'actuelle.

 

Si l'Homme a été capable de construire une société sur l'abondance de pétrole, il sera capable d'en construire une autre qui pourra s'en passer... S'il s'y met dès maintenant car pour s'adapter, "nous avons peu de temps et beaucoup à faire" (Richard Heinberg).

Mais comment ?

Ce n'est pas si compliqué que cela si on s'y met progressivement, et c'est encore mois compliqué quand on s'y met à plusieurs, comme le proposent les initiatives de transition :-)

  • En mangeant de la nourriture produite localement (en plus elle est très souvent meilleure pour la santé que la nourriture industrielle),
  • En apprenant à vivre en consommant moins d'énergie (sobriété énergétique),
  • En diminuant notre consommation de viande,
  • En développant au niveau local les énergies propres et infinies que sont les énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse, centrales marémotrices...), 
  • En relocalisant les activités qui peuvent l'être afin de diminuer le transport et de favoriser l'emploi local, 
  • En utilisant plus le vélo, la marche, le bus, le train,
  • En diminuant sa vitesse moyenne de 10 % sur ses trajets habituels, en pratiquer l’écoconduite et en n’utilisant la climatisation que lorsqu’elle est vraiment nécessaire, on peut diminuer  d’environ 30 % la consommation d’un véhicule par rapport à une conduite «normale».
  • Une diminution de 5 à 10 % est encore possible en diminuant son kilomètrage annuel par une utilisation plus importante des transports en commun tels qu’ils sont, en rationalisant ses déplacements, et en choisissant de ne pas utiliser sa voiture pour des trajets très courts (moins de 5km) pouvant être faits à pied ou à bicyclette,
  • En réfléchissant à deux (ou trois) fois avant d'acheter quelque chose, histoire d'être certains d'en avoir vraiment besoin,
  • En faisant preuve de créativité et d'ingéniosité pour allonger cette liste...

Le Soir 3 du 11 juillet 2011 : le pic du pétrole conventionnel

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur l'énergie et la transition

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires