Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Ath en Transition
  • : Et si notre réponse au pic du pétrole, aux changements climatiques et aux crises économiques ressemblait plus à une fête qu'à une marche de protestation ?
  • Contact

logo-transition-network.gifAth en Transition fait partie du Transition Network, avec plus de 1100 villes et territoires dans le monde. C'est une progression extraordinaire que le mouvement citoyen et mondial de la transition connaît depuis la fin 2006.

Le mouvement se structure maintenant aussi chez nous avec le Réseau Transition Wallonie - Bruxelles.

Agenda

22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 10:16
Brocorens-pict.aspx.jpegSelon l'Association pour l'étude du pic pétrolier (Aspo), le pic pétrolier est atteint. les gisements futurs ne suffiront pas à remplacer le déclin des puits en activité. Les gouvernements doivent s'y préparer.

Avec un baril à près de 125 dollars en mer du Nord, la question se pose à nouveau, comme en 2008, de savoir où s’arrêtera sa course et si un retour à un prix raisonnable est possible. "Ce qui est clair, constate Patrick Brocorens, c’est que depuis les années 2000, le pétrole a définitivement quitté le couloir des 20 dollars le baril dans lequel il s’est maintenu au cours des années 80 et 90. "

Une époque où même une crise comme la 1ère du Golfe de 1991, qui avait paralysé 6% de la production mondiale, n’a pas fait augmenter les prix. " A l’époque, d’autres pays comme l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis et la Norvège avaient pu augmenter leur production pour rétablir l’équilibre ", observe-t-il.

 

Spécialiste de la chimie des nouveaux matériaux à l’université de Mons, Patrick Brocorens est aussi le président de la branche belge d’Aspo, l’association internationale d’étude du pic pétrolier. Avec ses partenaires internationaux, il tente depuis de nombreuses années d’alerter les décideurs sur les risques de voir la production pétrolière ne plus pouvoir augmenter.

L'aveuglement des gouvernements

Un problème sous-estimé notamment par les gouvernements, aveuglés par les chiffres des réserves et la récente volatilité des prix du baril. " Les politiques énergétiques restent généralement basées sur les niveaux de réserves prouvées, note le responsable belge d’Aspo. Le problème, c’est que depuis 30 ans on nous dit qu’il reste pour 40 années de pétrole. Mais ces chiffres n’indiquent en rien ce que les compagnies sont capables d’extraire quotidiennement. A terme, cet excès d’optimisme peut mener à des catastrophes. "

 

Le but de l’Aspo n’est pas de marteler qu’il y a moins de pétrole que ce qu’on imagine mais d’alerter sur le fait qu’on ne pourra pas l’extraire à la vitesse nécessaire pour suivre la croissance attendue de la demande dans les prochaines décennies. En parlant de " pic ", elle exprime le fait que les découvertes et les nouveaux gisements en exploitation deviennent insuffisants pour compenser le déclin des gisements les plus anciens.

 

" Au niveau des pays de l’OCDE, la production est déjà en déclin, note Patrick Brocorens. Les Etats-Unis ont atteint leur pic en 1970, la Grande-Bretagne en 1999 et la Norvège en 2001. Il n’y a que le Canada qui parvient à encore croître légèrement par l’alternative des sables bitumineux. "

 

9dbcfb7a435d018b9694ec36347b63df.jpg

Plutôt que d’un pic " aigu ", Aspo préfère parler d’un " plateau ". Un sommet de production qui peut s’étendre sur une période plus ou moins longue avec des variations au gré de crises. " Selon moi, la production mondiale a atteint ce plateau en 2004, poursuit le responsable. Mais la volatilité actuelle des prix rend cette vision très compliquée. En 2008, le baril a chuté de 145 à 30 dollars en quelques mois. Comment croire à ce moment-là qu’il y a un problème structurel au niveau de la production? Mais dès que l’économie repart, la demande atteint à nouveau le plafond de production et les prix se mettent à nouveau à flamber. " Surtout quand comme actuellement des éléments géopolitiques accentuent le problème.

Le recul des exportations

Le futur ne sera donc pas simple. Il risque d’ailleurs encore de se compliquer. Selon les prévisions de cette association, les exportations mondiales ont aussi atteint leur maximum et vont commencer à reculer. Et leur déclin sera plus rapide que celui de la production. " Ces pays consomment de plus en plus d’énergie et ne peuvent pas décevoir leur population. Certains comme l’Egypte et la Tunisie sont déjà devenus importateurs nets. La Syrie et le Yémen suivront dans 6 ou 7 ans. "

 

Un signal d’alarme qui doit pousser nos pays à se préparer un futur moins accro à l’or noir.

 

 

Reconnaître la réalité du pic pétrolier

Cette vidéo d'ASPO TV présente une série d'experts qui s'expriment au sujet du pic du pétrole.

 

 

Pour en savoir plus sur l'énergie et la Transition

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires