Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Ath en Transition
  • : Et si notre réponse au pic du pétrole, aux changements climatiques et aux crises économiques ressemblait plus à une fête qu'à une marche de protestation ?
  • Contact

logo-transition-network.gifAth en Transition fait partie du Transition Network, avec plus de 1100 villes et territoires dans le monde. C'est une progression extraordinaire que le mouvement citoyen et mondial de la transition connaît depuis la fin 2006.

Le mouvement se structure maintenant aussi chez nous avec le Réseau Transition Wallonie - Bruxelles.

Agenda

13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 14:24

clima.jpg

 

Le climat planétaire est très nettement occupé à se réchauffer. C'est un fait, notamment confirmé par les états des lieux des connaissances scientifiques publiés par le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du Climat).

 

S'il reste des "climato-sceptiques" qui tentent de miner la confiance dans les bases scientifiques qui prouvent le réchauffement climatique global, il a été largement prouvé qu'ils sont ultra-minoritaires, que leurs travaux sont de très mauvaise qualité et qu'ils sont bourrés d'erreurs trop grossières pour qu'elles soient uniquement dues au hasard.

 

Par exemple, il a été signalé par des centaines de scientifiques qu'un livre de Claude Allègre contenait un nombre effarant d'erreurs scientifiques et de données manipulées.

 

On note également que les "climato-sceptiques" sont largement influencés par l'industrie pétrolière.il est par exemple intéressant de constater les primes astronomiques qu'ils recoivent de la part de l'industrie du pétrole... Ex : "une société pétrolière importante a proposé 10.000 dollard à chaque scientifique qui publierait une étude qui conterdirait les conclusions du GIEC".

 

 

Il est donc difficile, voire impossible, de prendre les "climato-sceptiques" au sérieux.

 

Pour en savoir plus sur ce sujet, l'émission Questions à la Une du 8 septembre 2010 (Réchauffement climatique : info ou intox ? / Pourquoi la guerre du climat a-t-elle lieu ?) a étudié les arguments du GIEC et ceux des climato-sceptiques. La conclusion de l'enquête comparative est sans équivoque. Le réchauffement climatique est en cours et est dû à l'activité humaine.

 

 

Le climat global de la planète se réchauffe donc...

 

Quelques exemples :

  • les dernières douze années sont les plus chaude jamais enregistrée au niveau de la moyenne mondiale des températures ;
  • la fonte des glaciers s'accélère, le niveau de la mer monte, cela concerne aussi la mer du Nord et donc la Belgique (13% du territoire belge pourrait se retrouver sous l'eau, dont par exemple les villes de Bruges et Anvers) ;
  • les phénomènes extrêmes sont de plus en plus fréquents (inondations, sécheresses, ouragans, cyclones...) ;
  • Les témoins du changement climatique sont de plus en plus nombreux ;
  • Le réchauffement climatique est lié à l'augmentation de CO2 dans l'atmosphère, et cette augmentation lors des 50 à 60 dernières années est dû en très grande majorité à l'activité humaine ;
  • La communauté scientifique est unanime, les études scientifiques sérieuses vont toutes dans le sens des conclusions du GIEC ;
  • ...

 

Il faut bien se rendre compte que ce n'est pas la Terre qui est en danger, mais que c'est la biodiversité et donc la vie sur Terre qui est en question. Et l'homme fait partie de cette biodiversité. Selon Nicolas Hulot, le danger vient donc de l'immobilisme, la remise en question de la société de consommation ne peut pas être évitée, il est essentiel pour notre société occidentale de diminuer sa consommation d'énergie.

 

La petite vidéo animée ci-dessous explique rapidement ce qu'est le changement climatique.

 

 

Que peut-on faire individuellement ?

 

Pour diminuer notre "emprunte carbone" ou "emprunte écologique", il existe des gestes quotidiens qui peuvent changer les choses :

  • manger moins de viande ;
  • manger des aliments locaux et de saison issus de l'agriculture biologique ;
  • éviter d'acheter des objets suremballés ;
  • éviter de faire ses courses en grande surface ;
  • pratiquer la simplicité volontaire ;
  • cultiver un potager en permaculture ;
  • isoler sa maison ;
  • valoriser l'eau de pluie ;
  • avoir un compost ;
  •  utiliser des ampoules à basse consommation ;
  • utiliser les transports en commun ;
  • éviter de prendre l'avion
  • privilégier les vacances proche de chez soi ;
  • éviter les achats non réfléchis ;
  • éviter de vivre "à crédit" ;
  • ...

On trouve sur internet des listes d'Eco-gestes qui aideront à modifier les habitudes quotidiennes et à diminuer son emprunte écologique.

 

 

Que peut-on faire collectivement ?

 

L'apport du collectif est très important. Il permet de se sentir moins seul face à ces enjeux inquiétants, de partager des idées, des solutions, et de mettre en place des actions de plus grande envergure.

Les projets de ville en transition sont une des possibilités qui s'ouvrent aux citoyens qui souhaitent aller plus loin que de changer leurs habitudes individuellement. Et là aussi les possibilités sont nombreuses :

  • relocaliser la production alimentaire ;
  • développer les systèmes de type AMAP et groupes d'achats solidaires ;
  • développer les potagers collectifs en ville ;
  • planter des arbres productifs ;
  • relocaliser la production d'énergie et développer les énergies renouvelables ;
  • développer des monnaies alternatives locales, des systèmes d'échange locaux (SEL) ;
  • diminuer la production de déchets ;
  • développer l'écobioconstruction à partir de matériaux essentiellement locaux ;
  • développer les moyens de transport collectifs ;
  • diminuer la présence de la publicité ;
  • ...

 

Pour en savoir plus sur le sujet


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires