Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Ath en Transition
  • : Et si notre réponse au pic du pétrole, aux changements climatiques et aux crises économiques ressemblait plus à une fête qu'à une marche de protestation ?
  • Contact

logo-transition-network.gifAth en Transition fait partie du Transition Network, avec plus de 1100 villes et territoires dans le monde. C'est une progression extraordinaire que le mouvement citoyen et mondial de la transition connaît depuis la fin 2006.

Le mouvement se structure maintenant aussi chez nous avec le Réseau Transition Wallonie - Bruxelles.

Agenda

15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 15:00

Cet article est une traduction de l'article « When the experiment fails », de Charlotte Du Cann, publié le 15 mai 2012 sur www.transitionnetwork.org. Cet article nous a semblé très inspirant et apporte une réflexion utile pour les projets de transition.


---

Aujourd'hui, je voulais écrire sur la Communication avec les Medias, un outil habile de la deuxième section du Transition Companion. J'avais planifié une exploration pratique sur l'art d'écrire des articles de presse et d'entretenir une relation positive avec la presse et la radio locales. Mais en découvrant,  Becoming the Media – création d'une aperçu de la Presse Libre de la Transition – je suis tombé sur un sujet plus proche, plus intime. Plus urgent selon moi, que de susciter la prise de conscience de nos projets locaux dans la presse généraliste.

12569941f11ab7ff0880daa7083d8112-200x261.jpg
Quand le groupe vacille ? 

 Le titre du second chapitre du "Transition Companion" est " L'Approfondissement" (deepening). Il contient certains aspects plus difficiles de la Transition. Les phases de démarrage des initiatives sont souvent enthousiasmantes et passionnantes. Les gens sont attirés par la rumeur, pleins d'espoir et d'attentes. Ils se lèvent lors des activités et disent ce que nous pourrions faire.

 

La phase d'approfondissement est aussi celle où les projets de transition rencontrent les premières difficultés. Par exemple si les idées et l'imagination à propos de la descente énergétique se révèlent ne pas être conformes à la réalité. De grandes idées fondent parfois comme la neige au soleil.

 

Vous réalisez que vous devez vous entendre avec les personnes présentes pour mettre les projets en pratique. Des luttes de pouvoir peuvent apparaitre lors de cette étape d'approfondissement. Les choses ne se passent pas toujours comme prévu. Certaines personnes quittent et vous laissent tomber. C'est embarrassant car dans votre initiative qui prend son envol, vous ne connaissez pas si bien que ça les participants. Et si le groupe vacille, que faire ?

 

Célébrer les échecs

Célébrer les échecs est peut-être l'ingrédient le moins compris du "Transition Companion". Car nous vivons dans une culture du succès. Peu importe comment nous parlons de perdre au jeu, cela reste perdre. Les gagnants raflent la mise, montent sur le podium couronnés de lauriers, rois du château, les plus gros banquiers du quartier. Personne ne veut être dans l'équipe perdante, au bas de la liste des gagnants. Mais être dans la Transition signifie que nous devons comprendre que cet état d'esprit de gagnant-perdant est un héritage du passé que nous devons transformer.

 

Le futur que nous méritons

Lors de son interview, Shaun Chamberlin a parlé du nouveau livre, The Future We Deserve (Le Future que Nous Méritons), dans lequel 100 auteurs ont écrit 500 mots à propos du titre :

Ce qui est intéressant, c'est le dissensus. La reconnaissance que la Nature ne décide pas par consensus sur la forme de vie idéale avant de la créer. Elle crée simplement et certaines choses fonctionnent et d'autres pas. Et je pense que la Transition suit cette approche du « dissensus » - nous essayons et n'avons pas un plan universel. Si quelqu'un veut faire quelque chose, il le fait.

Comme Rob l'écrivait sur l'éthique punk (voici trois cordes, créez un groupe) : voici trois ingrédients, démarrez une initiative de transition. C'est cette énergie créative qui sous-tend le dissensus. Laissons certains des projets que nous entreprenons réussir et d'autres mourir, et ne pensons pas que tout ce que nous faisons doit réussir.

 

Pas de perte ni d'échecs

Dans un cadre créatif, on essaie tout ce qui passe par la tête. On débute avec l'idée de communiquer quelques conseils clés mais ensuite, une idée plus pressante nous passe par la tête. On change donc de direction.

Dans la perspective créative, tout est matériau. Il n'y a pas de perte ni d'échec. On façonne son pot à partir de la boue, l'argile tombe par terre, on balaie et réutilise une autre fois. Rien n'est perdu. Tout est compost dont nous avons besoin – ces événements passés, ces réunions, forums ouverts, feuilles de notes, etc... Nous avons besoin que tout cela devienne compost pour nourrir les belles fleurs du futur.

 

TN Feb Banner 1

 

Dans la phase d'approfondissement, toutes les attentes à propos de ce à quoi la vie devrait ressembler sont rassemblées pour être examinées. Et il est sage de savoir que la Transition n'est pas du tout ce que vous croyez que cela devrait être.

 

A cette étape, des gens quittent et blâment la Transition de ne pas être à la hauteur de leurs brillantes idées. Ils ne sont pas prêts à abandonner leurs systèmes de défense ou leurs styles de vie. Ce n'est pas l'échec de la Transition, mais le défi de notre société. Nous ne vivons pas avec le pot de peinture sale du dissensus, nous vivons avec des idéaux purs et agréables de la pensée, et le champ de bataille vicieux de la volonté : "Je fais à ma façon. Publiez cet email et soyez maudits".

 

Si nous avions du cœur, nous réaliserions que tout ce que nous faisons dans la Transition est de créer un futur qui n'est pas apocalyptique, et que dans bien des cas, nous sommes aveugles à ce que cela pourrait être. Nous pressentons le chemin et les échecs nous disent simplement que certains chemins sont ceux que nous ne devons pas emprunter. Essayons encore. Focalisons notre attention ailleurs.

Mettre en valeur l'Expérience

115cf6e9a47b25e76cf7ffbd7f95fe35-240x180.jpgVoilà pour la théorie. Mais qu'en est-il de la pratique ?

En 2009, j'ai aidé à organiser la seconde rencontre de Transition Est de Diss, et avant l'événement, j'ai interviewé 29 initiatives par téléphone. J'ai rassemblé toute l'information et je l'ai postée sur un blog régional. J'ai posé à chacun les mêmes questions. Comment cela allait, combien de personnes comptait l'initiative, le genre de ville ou village où ils étaient, etc. Tous ont répondu avec entrain.

 

Je leur ai demandé ensuite : avez-vous des difficultés ? Il y a eu une hésitation et soudainement, un énorme épanchement s'est produit. Dix minutes sont devenues une heure. Jusqu'à ce point, personne n'avait mentionné de difficultés. Nous ne savions pas comment y faire face. Mais la réalité est que les difficultés ne sont pas mauvaises. Elles constituent notre expérience du changement. Elles nous indiquent sur quelles choses nous concentrer, et celles à laisser tomber.

 

La Transition n'est pas juste une bonne action à faire une fois par mois

Trop de ces initiatives n'existent plus. L'initiative dont j'ai fait partie (à Norwich) est l'ombre d'elle-même. Les 14 groupes qui ont commencé de façon aussi enthousiasmante lors de notre "Grand lancement" en 2008 n'existent plus. Le groupe noyau des débuts a disparu. Le groupe Cœur et Âme s'est estompé. En avril, le bulletin mensuel n'a pas été envoyé comme c'était le cas depuis trois ans le premier de chaque mois. Personne ne l'a remarqué. Ou peut-être que si, mais ils n'ont rien dit.

 

Qu'est-ce que cela nous apprend ?

Certains territoires ne sont pas des sols fertiles pour la Transition. Quelque chose cimente le groupe et si à un moment ce ciment se fragilise, le groupe se démantèle. A un certain moment, vous pouvez réalisez que vous devriez plutôt consacrer votre temps et votre énergie à des projets qui vous nourrissent en retour. Et pas seulement parce que vous pouvez le faire et que c'est ce qu'on attend de vous. Vous avez besoin de vous imprégner de l'esprit du temps, d'être parmi des personnes qui comprennent que le projet compte. Que la communication a de l'importance. Que la Transition n'est pas juste un passe-temps, une bonne action à faire une fois par mois. C'est réel et c'est maintenant.

 

Certaines choses sont amères à avaler. Et nous n'aimons pas ce qui est amer, nous préférons les choses douces et sucrées de la vie, les triomphes et les moments joyeux. Mais l'amertume, c'est le goût du cœur. C'est ce qui vous apprend ce qui est bon et ce qui ne l'est pas pour le système. Comment vous grandissez et devenez responsables de vos actions. Comment l'expérience nous apprend à passer d'une attitude moi-contre-eux (ceux qui veulent diriger l'univers)  vers une attitude où on devient des compagnons de tous les êtres de la planète.

 

DSCN2481-.jpg

Pas de perte. Pas d'échec. Simplement une fête.

La disparition de ces groupes nous raconte que les luttes de pouvoir ne favorisent pas un futur meilleur. Ni d'ailleurs les spiritualités démodée, les hiérarchies de toute sorte, ni l'hostilité ou le contrôle. Ces échecs nous ont appris que nous ne pouvons pas réellement coopter le futur. Il n'appartient ni au Grand Business ni aux institutions, et il glissera hors des prises de l'Empire à chaque tour.

A Norwich, nous avons appris que les Cercles de Transition apportaient un aspect essentiel à la fabrique de la Transition – réduction de l'empreinte de carbone personnelle. Il y a encore un cercle actif qui se réunit, et l'héritage de toute cette grande expérience continue à vivre. Cela se voit dans les pages de commentaires de la Presse Libre de la Transition. Cela se lit aussi dans l'interview de Shaun Chamberlin. Cela a juste pris une autre forme, fonctionnant avec un mix d'autres personnes. Pas de blâme. Pas de perte. Pas d'échec. Simplement une fête.

 

Charlotte Du Cann (Traduction par Olivier, d'Ath en transition)

 

P.S. Il n'y a qu'un seul conseil réel que je voudrais ajouter à l'outil media du "Transition Companion", et c'est ceci : les journalistes sont des personnes, et trouver l'histoire adéquate est ce que nous cherchons véritablement.



Partager cet article

Repost 0

commentaires