Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Ath en Transition
  • : Et si notre réponse au pic du pétrole, aux changements climatiques et aux crises économiques ressemblait plus à une fête qu'à une marche de protestation ?
  • Contact

logo-transition-network.gifAth en Transition fait partie du Transition Network, avec plus de 1100 villes et territoires dans le monde. C'est une progression extraordinaire que le mouvement citoyen et mondial de la transition connaît depuis la fin 2006.

Le mouvement se structure maintenant aussi chez nous avec le Réseau Transition Wallonie - Bruxelles.

Agenda

21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 08:00

accueil-UE.jpg Il y a des jours où on se dit "est-ce que ce que nous avons vécu était bien réel ?". cela nous est arrivé en cette fin de mois d'octobre...

 

Suite à des démarches effectuées par Filipa au nom du Réseau Transition international (Transition Network), le Comité Economique et Social de l'Union Européenne a entamé une série de rencontres avec des Initiatives de Transition réparties dans les pays membres. Leur objectif était de découvrir comment les groupes de transition envisagent les défis énergétiques actuels et futurs.

 

Nous avons donc été contactés, comme d'autres Initiatives Européennes, pour recevoir Marian Krzaklewski et Aleksandra Klenke, tous deux polonais. Nous nous étions dit qu'une réception de type familiale serait le meilleur moyen de leur permettre de ressentir la convivialité présente dans le mouvement de la Transition.

 

Après avoir été les accueillir à la gare d'Ath, et nous être rendu ensemble à pieds au lieu du rendez-vous, nous les avons donc reçu simplement et chez nous. Avec au centre une table garnie de nourriture locale venant du Gasath ou de coprosain, préparée par nos soins, et de jus de fruit locaux ou de bon vin bio.

 

Les premières conversations nous ont permis de constater que nos invités avaient découvert notre site internet et lu certains articles relatifs à l'énergie. Mais nous ne savions pas vraiment étaient ces personnes.Une fois rassemblés, le moment des présentation est venu, et heureusement que nous étions bien assis. Car à ce moment, nous avons compris que nous avions chez nous une figure historique de l'histoire récente de Pologne. En effet, Marian Krzaklewski est un membre du syndicat historique Solidarnosc. Il a succédé à Lech Walesa (prix nobel de la paix) à la tête du syndicat et a dirigé son groupe parlementaire majoritaire au parlement. Il a également été candidat à l'élection présidentielle de son pays.

 

 

Marian Krzaklewski (prononciation polonaise: [marjan kʂaklɛfsk ʲ i], né le 23 Août 1950 à Kolbuszowa) est un homme politique polonais. Un membre de Solidarnosc depuis les années 1980, il était l'un des politiciens les plus connus et les plus influents de Pologne dans les années 1990, quand il a créé l'Action électorale Solidarité (AWS). [1] La coalition AWS, surtout quand elle a uni ses forces avec Freedom Union, a été une réalisation majeure de la politique polonaise, transformant la fragmentation du camp post-Solidarnosc en une force politique puissante.

Krzaklewski a étudié les sciences de l'information Politechnika Śląska et est titulaire d'un doctorat. En 1980, il s'est impliqué dans Solidarnosc, le célèbre syndicat polonais anti-communiste et le mouvement social. Au sein du mouvement, il a été actif dans la région de Silésie.

En 1991, il a remplacé Lech Wałęsa (alors président de la Pologne) en tant que président de Solidarnosc. Plus tard, en opposition à la fois au gouvernement de Wałęsa et au SLD de gauche, il fut l'un des fondateurs du parti Solidarité de centre droit, qui devint finalement victorieux à l'élection parlementaire polonaise, en 1997. Krzaklewski, qui a été élu en tant que député au parlement polonais (Sejm), a été considéré pour le poste de Premier ministre, mais finalement le poste est revenu à Jerzy Buzek.

Krzaklewski a démissionné de ses fonctions de chef de AWS en 2001 et a été remplacé en tant que président de Solidarnosc par Janusz Śniadek en 2002. Il est actuellement membre de la Commission nationale de NSSZ Solidarnosc et travaille en tant qu'expert de l'UE à Bruxelles. 

 

Une fois remis de notre surprise, nous avons entamé la conversation à partir de questions qu'ils avaient préparé à notre intention. Nous avons par exemple abordé le fait qu'au sein d'Ath en transition, nous considérons qu'il est prioritaire d'apprendre à vivre mieux avec moins d'énergie. En effet, de plus en plus de spécialistes disent aujourd'hui que la technologie ne permettra pasde résoudre les problèmes liées à la raréfaction des sources d'énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon, uranium), de plus, nous pensons que leur utilisation devrait être remise en cause dès aujourd'hui étant donné leur rôle prépondérant dans les changements climatiques. Face à ces défis, nous avons expliqué l'importance de développer la résilience et de faciliter le changement culturel nécessaire. En effet, la vision actuelle du monde, les rêves d'avenir qu'elle véhicule... ne sont absolument pas basés sur des éléments lucides, réalistes ni même souhaitable.  La transition ne se limite donc pas à économiser l'énergie et diminuer les émissions de CO2. Le changement qui va se produire est beaucoup plus profond que cela, et c'est d'ailleurs une opportunité à saisir pour améliorer les conditions de vie, non pas en consommant plus, mais en relocalisant le plus possible l'économie, en retissant des liens et de la solidarité...

 

L'agriculture a aussi été abordée comme enjeu important au niveau énergétique. Du champ à nos assiettes, le modèle agroindustriel dominant est en effet profondément dépendant du pétrole. Il ne faut donc pas être devin pour comprendre qu'avec la hausses des prix de l'énergie, ce modèle va devenir de moins en moins tenable et que d'autres pistes, telles l'agroécologie et la permaculture, doivent être étudiées et mises en pratique.

 

D'autres questions ont été posées au sujet de nos projets et activités, des difficultés que nous rencontrons, des succès engrangés, de nos espoirs pour le futur... Cette agréable soirée s'est terminée en triquant, avant de raccompagner nos invités vers la gare d'Ath où ils ont repris le train pour Bruxelles.

 

Cette visite a été pour nous un grand honneur. L'attention de membres de l'Union Européenne à un modeste projet tel que le nôtre est aussi une preuve de plus que les Initiatives de Transition se développent de plus en plus, que leur réseau est reconnu et que leur action est importante. Nous tenons donc à remercier toutes les personnes ordinaires qui comme nous, font vivre la Transition dans notre époque pleine d'incertitudes. Ensemble, nous saisissons cette opportunité de changer les choses, cet appel à l'aventure... vers un futur que  nous voulons préférable au présent.

 

J.D.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article

commentaires