Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Ath en Transition
  • : Et si notre réponse au pic du pétrole, aux changements climatiques et aux crises économiques ressemblait plus à une fête qu'à une marche de protestation ?
  • Contact

logo-transition-network.gifAth en Transition fait partie du Transition Network, avec plus de 1100 villes et territoires dans le monde. C'est une progression extraordinaire que le mouvement citoyen et mondial de la transition connaît depuis la fin 2006.

Le mouvement se structure maintenant aussi chez nous avec le Réseau Transition Wallonie - Bruxelles.

Agenda

24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 14:49

alors-on-change.jpg

 

Alors, on change ! est un tout nouveau magazine de la RTBF.be (en collaboration avec les télévisions régionales, dont No Tele). Ce magazine s’adresse à vous qui vous posez des questions sur la façon dont nous consommons, dont nous organisons nos journées, dont nous vivons.

 

Vous êtes de plus en plus nombreux à estimer qu’il est temps de changer. Certains l’ont déjà fait et ignorent parfois que leurs voisins en ont fait autant. D’autres hésitent encore à se lancer dans la transition, mais en ont sans doute envie.

 

 

 

Ath en transition (Bálint, Isabelle, Jean-Marie, Josué, Sabine...) sont dans l'émission diffusée en mars 2013 sur La 2 et sur No tele

Au sommaire (voir ici le sommaire en vidéo) : " Ils s’engagent, et vous ? "


Et bien vous aussi, mais sans doute sans le savoir : figurez-vous que nous sommes 1 sur 3 à avoir déjà adapté nos comportements dans l’optique d’un monde plus durable. Pour vous inspirer d’avantage encore, ce mois-ci Alors, on change ! vous propose quatre nouvelles rencontres, quatre militants du changement qui ont choisi de prendre à bras le corps et sans plus attendre l'avenir de notre société.

 

Josué Dusoulier, c'est monsieur " Ville en transition " à Ath. Né en Irlande et en Grande-Bretagne en 2005, le mouvement des villes en transition nous invite à nous projeter dans 50 ans: quel monde voulons-nous léguer à nos enfants et petits-enfants ? A Ath, l'idée gagne du terrain, rue après rue. Toutes les initiatives y sont les bienvenues et Josué Dusoulier s'emploie à les rendre contagieuses...

 

 

 

 

Après des études en sciences économiques, David Petit a décidé de travailler à mi-temps et de vivre simplement pour mettre son temps disponible au service de la collectivité. Grâce à lui, les services d'échange locaux, les groupements d'achats et les donneries ne sont plus des initiatives isolées.

 

Nourri de voyages et de philosophie, Laurent Ledoux s'est créé un métier; il est médecin... de la société ! Un médecin très prisé: recruté par des chasseurs de tête, Laurent a déjà exercé ses talents comme manager de crise dans différentes entreprises, et souhaite maintenant développer un nouveau type de management qui permettrait à chacun de s’épanouir au travail.

 

"Terres en vue", c'est le nom de l'asbl dans laquelle Chantal Van Pevenage s'est investie. Pour que chacun puisse profiter de produits de la terre sains et cultivés localement, il faut rendre la terre aux petits producteurs. Impliquée dans un groupement d’achat collectif, à la tête de gîtes labélisés éco, Chantal est sur tous les fronts.

 

Sans oublier de nombreux autres contenus exclusifs visibles sur la page Facebook de l'émission. N’hésitez pas à cliquer, aimer et partager !

 

Ce cinquième numéro d’Alors on change ! le samedi 16 mars sur La Deux à 12h55, mais aussi sur votre télé locale (No Télé, Télé MB, Canal Zoom, Canal C et TV Lux)

 

Vous pouvez découvrir le cinquième numéro de l'émission dans son entièreté:

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 13:20

Agriculture.jpg

 

Le 10 mars 2013,

Objet : Consultation citoyenne, l’avis des Initiatives de Transition.


Monsieur le Ministre,

 

En réponse à votre appel à la consultation citoyenne dans le cadre de la mise en place du futur code wallon de l’agriculture et de l’horticulture, nous souhaitons vous faire connaître nos actions et vous faire part de nos idées sur les orientations que notre agriculture devrait prendre face aux importants défis qui se présentent à nous.

 

Nous sommes membres du réseau des Initiatives de Transition de Wallonie et Bruxelles.

 

Les Initiatives de Transition sont des projets citoyens qui proposent de se préparer au changement et de mettre en place des solutions pour faire face aux deux principaux défis que sont le pic pétrolier (fin des énergies fossiles abondantes et bon marché) et les changements climatiques, ainsi qu’aux conséquences économiques et sociales qui en découlent. Face à ces perspectives, les Initiatives de Transition décident d’aller de l’avant et de mettre en place, ensemble et localement, des projets concrets pour anticiper ces futurs chocs afin d’en atténuer les effets et d’amorcer dès à présent la descente énergétique à laquelle nous devrons nécessairement nous contraindre. L’objectif premier du mouvement de la Transition est de construire le plus localement possible une meilleure résilience territoriale, c’est-à-dire une meilleure capacité à s’adapter aux changements brusques qui s’annoncent. Cette résilience passe notamment par une relocalisation de la production et de la transformation alimentaires et des autres productions, une réduction de nos consommations d’énergie et aussi par l’amélioration des liens entre habitants.

 

Né en Angleterre en 2006, le mouvement de la Transition s’est rapidement répandu et compte actuellement plus de 1000 initiatives de Transition officielles dans plus de 30 pays, dont la Belgique. Le réseau des Initiatives de Transition Wallonie-Bruxelles a pour objectif de mettre en lien les initiatives et diffuser les idées de la transition. En 2012, il a également organisé, avec le soutien des Amis de la Terre, des formations à l’attention des Initiatives de Transition ou des personnes qui souhaitent démarrer un projet.

 

Nous soutenons les orientations que vous souhaitez encourager pour l’agriculture wallonne à travers le futur code wallon de l’agriculture et de l’horticulture.

 

Plus particulièrement, au regard des perspectives énergétiques et environnementales qui se présentent, au vu de l’urgence de la situation, nous pensons qu’il est important d’accorder rapidement une attention particulière à certains points que nous vous exposons ci-après et au sujet desquels nous proposons de vous rencontrer pour  en discuter.

Deux contraintes majeures et incontournables

Nos systèmes alimentaires sont actuellement très dépendants des énergies fossiles, tant au niveau de la production (fertilisants, pesticides, mécanisation lourde) que de la distribution (transport, transformation, conditionnement, chaîne du froid…). Ce mode de fonctionnement n’est viable qu’à la condition de disposer d’une énergie abondante et bon marché. Or, le pétrole, qui est notre source d’énergie principale, voit sa production stagner depuis 2006-2007 (Rapport 2012 de l’Agence Internationale de l’Energie), et les prévisions tablent plutôt sur un déclin que sur un regain de production. En réalité, la fin des énergies bon marché est imminente. La situation de l’Europe, qui de ce point de vue dépend essentiellement des importations est particulièrement problématique, sachant qu’aucune alternative aux énergies fossiles n’est envisageable aux taux de consommation actuels. De plus, les changements climatiques nous imposent de réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre (de 85 à 90 % avant 2050). Seul un changement rapide de modèle de société peut intégrer ces deux réalités. C’est ainsi que les Initiatives de Transition choisissent d’agir dès maintenant, à la base et dans les quartiers, en espérant construire un mouvement plus ample. Nous n’avons pas le temps d’attendre.

 

L’agriculture du futur, c’est-à-dire le modèle productif agricole qui répond à ces contraintes est un modèle basé sur une agriculture presque indépendante du pétrole, dont la longueur des chaînes d’approvisionnement devra nécessairement être réduite, avec une multiplication de petites entités de production agricoles et horticoles de type familial ou coopératif.

 

En Belgique, la souveraineté alimentaire locale n’existe presque plus. Les exploitations agricoles sont le plus souvent spécialisées vers la production céréalière ou l’élevage. Dans une perspective de réduction énergétique, la diversification des productions agricoles au sein d’une exploitation permet de réduire le transport en répondant aux besoins locaux. De plus, les systèmes mixtes permettent le retour au champ des matières organiques produites par l’élevage. La diversification et la relocalisation de la production crée des systèmes plus modulaires, et donc interchangeables et plus résilients. A ce titre, le projet “Ceinture aliment-terre liégeoise” est un bon exemple. Il a pour ambition de recréer un système alimentaire local à Liège, en impliquant les producteurs, les distributeurs, les transformateurs, les commerçants et les consommateurs, afin d’assurer une certaine résilience alimentaire à la population. Ce qui est la moindre des choses pour l’une des régions les plus fertiles du monde.

 

L’agroécologie est un modèle agricole qui répond aux enjeux, tant du point de vue énergétique qu’environnemental, social et climatique. Il conviendrait d’y accorder beaucoup plus d’intérêt en l’ intégrant aux programmes d’enseignement et en y consacrant une part importante des budgets de recherche. L’agriculture de demain demandera par ailleurs un nombre d’agriculteurs très important. Il y a donc urgence à former correctement et en nombre suffisant (et en moins de 10 ans), les agriculteurs et maraîchers de demain.

Agir sur l’offre et la demande

Un modèle agricole énergétiquement sobre implique la mise en place de circuits courts et la transformation plus localisée des productions agricoles. Aujourd’hui, la demande de produits locaux de qualité est réelle. Elle devrait garantir en outre à l’agriculteur un meilleur revenu que celui qu’il peut obtenir du produit brut, dépendant largement des prix du marché mondial et de la finance internationale. Nous pensons que tout ce qui peut soutenir, encadrer et encourager la transformation et la distribution locales des produits agricoles devrait être encouragé. Enfin, un changement des habitudes alimentaires devra également être entrepris. Sur cette question, les organismes publics peuvent jouer le rôle d’incitant par leurs choix alimentaires au niveau des collectivités (cantines, hôpitaux, maisons de repos,…) et en finançant le développement d’une communication ciblée, ou de projets locaux pilotes.

L’agriculture et notre cadre de vie

Alors que l’agriculture occupe près de la moitié du territoire wallon, le lien entre le consommateur et l’agriculteur a pour ainsi dire disparu. Peu de consommateurs font encore le lien entre ce qui se trouve dans leur assiette et le champ à côté de chez eux. Dans une agriculture plus locale, visant une souveraineté alimentaire, il sera nécessaire de retisser le lien entre producteurs et consommateurs. De plus, avec moins d’énergie, une implication des citoyens dans la production de leur alimentation devrait être intégrée aux modèles envisagés. Les groupements citoyens peuvent jouer un rôle important dans ce domaine (GAC, AMAP, GASAP, coopératives, etc.).

 

Du point de vue de nos écosystèmes, le rôle de l’agriculture est également prépondérant. Les choix que nous ferons en matière de modèles agricoles auront des conséquences directes sur la qualité de nos ressources en eau, de nos sols et du milieu naturel dans son ensemble. Là encore, nous pensons que des modèles agricoles plus proches des modes de fonctionnement naturels des écosystèmes, ayant recours à moins d’intrants, moins d’interventions mécanisées et plus respectueux de nos sols, comme l’agroécologie, doivent être encouragés.

L’agriculture et sa survie, l’agriculture et son encadrement

Le maintien et le développement de la population agricole est une condition indispensable à la réorientation de l’agriculture vers un modèle durable. Si aujourd’hui la nécessité de changement ne se fait pas encore ressentir nettement, nous pensons que des chocs majeurs apparaîtront dans les 5 à 10 prochaines années. Il s’agit donc réellement d’une urgence. Urgence de préserver et donner à nos agriculteurs la possibilité de se réorienter progressivement, de leur proposer des techniques adaptées, urgence aussi de former de jeunes producteurs et de leur permettre de se lancer dans la profession. Le secteur de la transformation doit également être encouragé, de même que les réseaux de distribution en circuit court. Il est important de ne plus voir seulement le problème de la production, mais de considérer l’ensemble du système alimentaire : production, transport, transformation et consommation sont les maillons d’un même ensemble. Changer l’un sans les autres n’a pas de sens et ne donnera pas de résultats tangibles.

 

De ce point de vue, le mouvement de la Transition étudie des modèles économiques qui peuvent accompagner le changement. Par exemple, le projet développé par le mouvement sous le nom de  REconomy project présente de nombreux exemples concrets de relocalisation de l’économie dans la perspective d’un futur sans pétrole.

Une agriculture multifonctionnelle

Une production agricole diversifiée qui réponde aux besoins locaux devra nécessairement accorder une place importante aux productions vivrières. Si la production agricole à des fins énergétiques (agrocarburants) peut s’envisager au niveau d’une exploitation agricole, pour répondre à ses propres besoins, elle ne doit pas entrer en concurrence avec les productions alimentaire, et doit être envisagée comme une solution transitoire vers une agriculture sans machines lourdes.

 

De nombreuses pistes allant dans ce sens sont proposées dans l’étude prospective de Pablo Servigne (Une agriculture sans pétrole. Pistes pour des systèmes alimentaires résilients. Barricade, 2012, disponible sur www.barricade.be) que vous trouverez ici et qui devrait être prochainement approfondie.

 

Nous sommes convaincus qu’un nouveau modèle agricole, permettant de répondre aux besoins des populations locales, de protéger le climat et de reconstruire les sols et les écosystèmes est possible. Notre crainte majeure est que ce changement arrive trop tard, à cause d’une sous-estimation de l’urgence liée à la situation énergétique et climatique.

 

En vous remerciant pour votre attention et sollicitant une rencontre pour mieux vous exposer nos idées et en discuter, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Ministre, nos meilleures salutations.

 

Des membres du Réseau des Initiatives de Transition

 

Josué Dusoulier – Ath en Transition
Isabelle Van Driessche – Soignies en Transition
Jean-Philippe Mommart – Evere en Transition
François-Olivier Devaux – Etterbeek en Transition
Ezio Gandin – Esneux en Transition
Eric Theismann Locale des Amis de la terre de Charleroi
Christophe Vanlinthaut – La Louvière en Transition
Eric Luyckx – Grez en Transition
Vincent Wattelet – Liège en Transition
Pablo Servigne – Bruxelles en Transition
Olivier Gabreau – Ath en Transition
Gwenaëlle Ninane – La Hulpe en Transition
Fabienne Delcorps – Centre de transition et de formation en Permaculture  -Lens St Rémy
Daniel Collart- Grez en Transition
Kathy Thiempont- Grez en Transition
Marc Paillet – Herve en Transition
Aurélie Leflere – Evere en Transition
Bernadette Leemans – Herve en Transition
Christian Jonet – Liège en Transition
Eric De Ruest – Liège en Transition
Alexandre Liesenborghs – Liège en Transition
Carlos Duarte Marçal – Rebecq en Transition
Isabelle Van Wayenbergh – Ath en Transition

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 09:11

permagraph Stage de Design 5 Jours à Ath (Belgique)

Du 10 au 14 Avril 2013

Intervenant : Franck Nathié, chercheur et formateur en permaculture spécialisé en phytosociologie et synergie humaines ‘‘association La Forêt Nourricière’’.

 

frank-nathie.jpg

Mission du stage :

Donner aux stagiaires les bases pratiques et techniques pour concevoir un projet en permaculture

Avancée et réalisation du design d'un terrain situé à Ath.

Attention, la pratique sera du relevé technique, du design, de la recherche, du dessin. Nous ne ferons pas de jardinage, de greffes ou de plantation !!!

 

Sujet du stage :

-Étude du projet (Fondement du projet, diagnostic des besoins et ressources du lieu et des porteurs)

-Design de gestion des ressources en eau

-Design de zonage du site

-Design de jardin forêt et production alimentaire du projet

- Les parties pratiques et théoriques seront liées à la réalisation du design du lieu : (mise en place d’outils pour vivre ensemble, diagnostic de sol, bio-indication, relevé de données diverses, jardin forêt, gestion de l’eau et stratégies diverses, réalisation de plans et base de données du projet)

- Les soirs seront projetés des films inédits sur la permaculture (jardin forêt, aquaculture, jardinage) Réalisés par Franck.

 

croisant-lune.jpgInformations pratiques

NOMBRE DE PARTICIPANTS : entre 8 et 12 personnes.

HORAIRES et LIEU : de 9h00 -12 h 30 et 14 h à 18h00 (Dimanche : 17 heures) - Chaussée de Valenciennes n°98 à ATH, chez Josué DUSOULIER

 

HÉBERGEMENT : possibilité d’être hébergé sur place en dortoir, possibilité également d’arriver le mardi soir (à mentionner à l’inscription) ; apporter matelas pneumatique ou lit de camp, sacs de couchage et oreiller.

Possibilité d’accueil en camping

 

REPAS : Auberge espagnole. Chacun apporte des plats et boissons à partager (apporter votre assiette, votre verre et vos couverts). Penser à vos thés et tisanes préférés. Possibilité de prévoir les trois derniers jours en repas végétariens fournis sur place POUR 15 €UROS (à mentionner lors de l’inscription)

 

TARIF : 250 euros pour formation et inscription à l’association, repas en sus pour les 3 derniers jours (si vous n’apportez pas pour 5 jours) : 30% d’acompte (85€) à verser par virement à l’inscription, complément à verser pour le 1er jour du stage sinon l’accès ne sera pas autorisé. L’acompte sera remboursé si le stage devait être annulé en raison du nombre trop restreint de stagiaires.

 

Date limite d’inscription : 15 mars 2013

A prévoir par les stagiaires :

- Cahier bloc-notes, stylos, enregistreur, appareil photo ou caméra si vous en avez.

- Crayon gomme, feutres de couleur, règle, Bloc,

- Bottes vêtements de pluie si météo défavorable, chaussons pour l’intérieur.

- Si vous avez des semences, des boutures, greffons ou des plantes à échanger avec les autres stagiaires elles seront les bienvenues !

 

Contact inscription :

Association La Forêt Nourricière Les Basses Landes Campel 35330 tel 0033 (0) 2 99 92 48 37 laforetnourriciere@foretscomestibles.com ou www.foretscomestibles.com

 

Télécharger le bulletin d’inscription au format tableur : à remplir et à renvoyer par mail.

Virement de l’acompte sur le compte de l’Association :

Titulaire : Association FORET NOURRICIERE Domiciliation : Crédit Coopératif Rennes

Code Banque : 42 559 Guichet 00055 Compte n° 410 200 228 66 Clé RIB 49 N° COMPTE IBAN : FR76 4255 9000 5541 0200 2286 649 Code BIC : CCOPFRPPXXX

 

 

Programme du stage de Design

    Jour 1
  Jour 2
  Jour 3
  Jour 4
  Jour 5
9h à 12h30

- Compta adhésion asso règlement

- Présentation des participants

-Organisation vie quotidienne « Décisions consensuelles» (engagement des participants)

 

 

 

 

 

 

 

 

- Tour de parole sur le ressenti de la journée passée (recueil des tensions feed back)

- Base de design d’un projet

- Besoins fondamentaux des êtres comme base de design

(Méthodologie de design)

-Etude de design

 

 

 

 

- Tour de parole sur le ressenti de la journée passée (recueil des tensions feed back)

- Le sol

- Création du complexe organo-minéral

- Cycle du C/N

- La vie du sol (« intestins de la terre »)

- Climat et micro climat

- Expositions du lieu

- Planter en croissant

- Briser les vents (les haies, créer des bordures)

-Etude des différents secteurs

 

- Tour de parole sur le ressenti de la journée passée (recueil des tensions feed back)

- L’eau

-Stopper   l’érosion (couverture vivante et morte/mulch, terra preta, terrassement en pente)

- Captage  et  stockage (bassin, baissière, drains, citerne)

- Création  de  biotope  humide  permanent (bio filtre, irrigation)

 

 

- Créer des jardins forêt en climat tempéré

- 7 étages de culture

- Phytosociologie et communautés végétales

- Différentes approches du concept de "forêt comestible"

 

 

 

 

 

 

 
Repas de midi          
14h à 18h

Fondement de la permaculture

-Bill Mollison & Fleur de David Holmgren, -Principe de design écologique global.

-Principe de synergie

-Rentabilité énergétique du vivant

-Zonage

 

 

 

 

 

- Mise en pratique de la méthodologie de design.

-Interview des besoins

-Fondements du projet

- Visite du site, observation du potentiel, recueil d’informations

-Mise en place de la base de données sur les besoins et la mission du projet

 

 

- Mise en pratique de la méthodologie de design

Base de données

- Diagnostic de sol

- Bio-indication

- Régénération aggradation

- Repérage des différents biotopes et des zones appropriées. (zones Humides/sèches/ombre/mi ombre/plein soleil/givre

 

 

 

 

- Mise en pratique de la méthodologie de design

- Relevé des données sur l’eau (pluviométrie, surface, moyen de stockage etc.)

- Faire des bassins sans bâches

- Placer et réaliser une baissière

- Repérer les zones de résurgence et d’érosion (point clé& ligne clé)

 

- Mise en pratique de la méthodologie de design

-Design en petit groupes

 

- 16h 30 Bilan

- Départ à 17h

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 13:00

logo semailles

 

Le printemps, même s'il n'est pas pour tout de suite, sera synonyme comme chaque année de reprise des activités pour les jardiniers, expérimentés ou novices.

 

Dans une optique de rencontre et d'action commune entre citoyens, regroupons nous pour nous procurer l'un des éléments indispensables du potager : les semences !

jerome

Le fournisseur proposé est  www.semaille.com, vous pouvez découvrir leur catalogue de semences ici (en ligne ou en téléchargement).

 

Pour passer commande merci de compléter le formulaire suivant et de le renvoyer à l'adresse mail ci-dessous.Pratiquement, pour effectuer votre commande, il vous suffit de noter votre nom ainsi que les quantités souhaitées pour chaque variété dans la colonne "Quantités" (première colonne, cases oranges), enregistrer le document et le renvoyer à semences.athentransition@gmail.com.

 

Comme nous n’avons pas de fonds, seules les commandes payées sur le compte d'Ath en Transition seront prises en compte !

 

Merci à Jérôme qui s'occupe de centraliser nos commandes jusqu'à la date limite du samedi 23 février.

Si vous habitez Ath ou sa région, vous pouvez le contacter par e-mail à l'adresse suivante : semences.athentransition@gmail.com

 

semenceDeFerme.jpg

 

 

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 18:10

Zen-en-Transition.jpg Si l'activité d'une initiative de transition à l'autre peut être très variée, il y a une constante, c'est le travail d'information et de sensibilistation. Celui-ci-ci a pour but de faciliter la mise en place d'alternatives positives aux défis énormes auquels nous sommes confrontés.

 

Ce travail de sensibilisation connait bien entendu des succès variés. Certaines activités semblent parfois ne pas rencontrer pas le succès espéré dans un premier temps, mais elles ont aussi parfois des effets inattendus par la suite... C'est une de ces histoires que je vais vous raconter maintenant :

 

En décembre, j'ai été contacté par Thierry Hoyois, un ami qui est aussi un moine bouddhiste zen. Il est responsable du groupe Zen de Jurbise, pas très loin de Ath. Il était venu l'année dernière à certaines activités de sensibilisation organisées par Ath en transition et a été très inspiré par la transition intérieure et extérieure.

 

Par téléphone, il m'a dit avoir parlé de ces sujets avec ses amis bouddhistes Zen et qu'ils avaient été très intéressés... Ils ont eu une réflexion les liens entre la philosophie zen et les enjeux de la dégradation de la nature et des écosystèmes. Il m'a ensuite demandé s'ils pouvaient commencer à construire une communauté bouddhiste zen en transition, même si ils nn'habitent pas tous dans la même région...

 

J'étais tellement abasourdi que j'ai dû m'asseoir. Je lui ai répondu que la transition était inclusive, ouverte à toutes et tous, et que le processus était prévu pour que les personnes puissent l'adapter à leur contexte. J'ai également répondu que nous étions tous concernés par les défis actuels et par la construction d'alternatives positives.

 

Vendredi dernier, il m'a écrit que l'idée avait été vraiment bien accueillie et qu'ils ont décidé officiellement de devenir une Association Zen en Transition... mais pas seulement dans la région d'Ath ou en Région Wallone... Mais avec l'Association Bouddhiste Zen d'Europe !

 

Ils sont maintenant au début de leur processus. Des informations seront publiées sur leur site web dans les prochaines semaines.

 

Cette histoire nous montre que les activités organisées par les Initiatives de Transition ont un réel impact sur leur environnement (Cf Blog Transition Culture). Il est vrai que nous en sommes au début du processus, mais le changement est en marche, et avec Ath en Transition, nous y contribuons résolument et avec une vision positive et constructive.

 

--

Josué

 

PS : Cette histoire nous rappelle aussi la récente création des «Quakers en transition», qui cherchent à faire quelque chose de très similaire dans leur tradition.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 17:27

1085214_4034907.jpg

 

Nous vous invitons le vendredi 11 janvier à venir vivre un voyage étonnant et amusant dans le temps... au travers d'un spectacle humoristique, une "conférence gesticulée" interprétée par Désiré Prunier :

 

«Retour vers le futur... Comment aurons-nous réussi à surmonter les crises de notre époque, les "années folles du pétrole et de la dette"? Comment aurons-nous mené cette grande transition, malgré les aveuglements, les oppositions, les indifférences, les résignations d’alors? Désiré Prunier vient témoigner de son expérience...»

 


Une opportunité de se rencontrer dans une ambiance décontractée

Cette soirée qui aura lieu le vendredi 11 janvier 2013 à partir de 20h (et remplacera le café transition de janvier) est une chouette occasion de venir avec vos amis, familles, voisins...

 

En pratique :

  •  
    • Où ? Salle au premier étage du café La Régence (sur la Grand Place d'Ath)
    • Quand ? Vendredi 11 janvier, ouverture des portes à 19h00 pour une auberge espagnole, début du spectacle à 20h
    • Combien ? Participation libre (chacun paie en fonction de ses moyens et de son envie de soutenir le projet)
    • Pour qui ? Pour toute personne intéressée, vous, vos amis, famille, voisins...
    • Vous souhaitez nous aider à organiser cette activité ? Contactez nous...
    • Contact et informations : 068 75 11 21 (Josué, à partir du 2 janvier) ou 068 28 68 41 (Olivier) ou envoyez un e-mail.

Qu'est-ce qu'une conférence gesticulée ? 0000_05-.jpg

Les conférences gesticulées sont des présentations, accessible pour tous, d'un sujet relativement complexe, en ayant recours à une mise en récit avec de l'humour, de l'émotion, un certain jeu théâtral. Elles sont parfois suivies d'un débat ou d'échanges informels ou formels où les différents points peuvent être repris, discutés et transformés en pistes d'action.

 

Initiées par la SCOP d'éducation populaire "Le Pavé", elles sont aussi utilisées par des militants non professionnels du théâtre, impliqués sur des sujets divers, qui souhaitent témoigner de leur engagement.

Certains de ces "gesticulants", en lien avec "Le Pavé" et d'autres professionnels du théâtre, essayent de faire connaître ce mode d'interpellation et de soutenir ceux qui souhaitent se l'approprier.

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 23:00

 prize button en-extra large

Les Initiatives de Transition européennes du Transition Network viennent d'être déclarées lauréates du 5e prix de la société civile du Comité Economique et Social de l'Union Européenne.


Ce prix est décerné pour les efforts des Initiatives de Transition pour créer des emplois locaux et résilients. La qualité du Reconomy Project, est notamment mise à l'honneur, un projet  qui met en pratique le principe de relocalisation de l'économie pour s'adapter aux défis actuels.

 

Nous sommes très fiers que le Transition Network, dont nous faisons partie, ait reçu ce prix.


Plus d'infos :

 

Nous nous rappelons aussi les visites dans des Initiatives de Transition à travers l'Union Européenne, dont la visite à Ath en octobre dernier. Cette étude là est toujours en cours, mais on peut penser qu'elle a contribué indirectement au choix du jury. Nous vous invitons à venir fêter cela en toute simplicité avec nous lors de notre soirée Café Transition ce vendredi 7 décembre (Cf Agenda de ce site)...

 

Josué 

 

 

 

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 08:00

accueil-UE.jpg Il y a des jours où on se dit "est-ce que ce que nous avons vécu était bien réel ?". cela nous est arrivé en cette fin de mois d'octobre...

 

Suite à des démarches effectuées par Filipa au nom du Réseau Transition international (Transition Network), le Comité Economique et Social de l'Union Européenne a entamé une série de rencontres avec des Initiatives de Transition réparties dans les pays membres. Leur objectif était de découvrir comment les groupes de transition envisagent les défis énergétiques actuels et futurs.

 

Nous avons donc été contactés, comme d'autres Initiatives Européennes, pour recevoir Marian Krzaklewski et Aleksandra Klenke, tous deux polonais. Nous nous étions dit qu'une réception de type familiale serait le meilleur moyen de leur permettre de ressentir la convivialité présente dans le mouvement de la Transition.

 

Après avoir été les accueillir à la gare d'Ath, et nous être rendu ensemble à pieds au lieu du rendez-vous, nous les avons donc reçu simplement et chez nous. Avec au centre une table garnie de nourriture locale venant du Gasath ou de coprosain, préparée par nos soins, et de jus de fruit locaux ou de bon vin bio.

 

Les premières conversations nous ont permis de constater que nos invités avaient découvert notre site internet et lu certains articles relatifs à l'énergie. Mais nous ne savions pas vraiment étaient ces personnes.Une fois rassemblés, le moment des présentation est venu, et heureusement que nous étions bien assis. Car à ce moment, nous avons compris que nous avions chez nous une figure historique de l'histoire récente de Pologne. En effet, Marian Krzaklewski est un membre du syndicat historique Solidarnosc. Il a succédé à Lech Walesa (prix nobel de la paix) à la tête du syndicat et a dirigé son groupe parlementaire majoritaire au parlement. Il a également été candidat à l'élection présidentielle de son pays.

 

 

Marian Krzaklewski (prononciation polonaise: [marjan kʂaklɛfsk ʲ i], né le 23 Août 1950 à Kolbuszowa) est un homme politique polonais. Un membre de Solidarnosc depuis les années 1980, il était l'un des politiciens les plus connus et les plus influents de Pologne dans les années 1990, quand il a créé l'Action électorale Solidarité (AWS). [1] La coalition AWS, surtout quand elle a uni ses forces avec Freedom Union, a été une réalisation majeure de la politique polonaise, transformant la fragmentation du camp post-Solidarnosc en une force politique puissante.

Krzaklewski a étudié les sciences de l'information Politechnika Śląska et est titulaire d'un doctorat. En 1980, il s'est impliqué dans Solidarnosc, le célèbre syndicat polonais anti-communiste et le mouvement social. Au sein du mouvement, il a été actif dans la région de Silésie.

En 1991, il a remplacé Lech Wałęsa (alors président de la Pologne) en tant que président de Solidarnosc. Plus tard, en opposition à la fois au gouvernement de Wałęsa et au SLD de gauche, il fut l'un des fondateurs du parti Solidarité de centre droit, qui devint finalement victorieux à l'élection parlementaire polonaise, en 1997. Krzaklewski, qui a été élu en tant que député au parlement polonais (Sejm), a été considéré pour le poste de Premier ministre, mais finalement le poste est revenu à Jerzy Buzek.

Krzaklewski a démissionné de ses fonctions de chef de AWS en 2001 et a été remplacé en tant que président de Solidarnosc par Janusz Śniadek en 2002. Il est actuellement membre de la Commission nationale de NSSZ Solidarnosc et travaille en tant qu'expert de l'UE à Bruxelles. 

 

Une fois remis de notre surprise, nous avons entamé la conversation à partir de questions qu'ils avaient préparé à notre intention. Nous avons par exemple abordé le fait qu'au sein d'Ath en transition, nous considérons qu'il est prioritaire d'apprendre à vivre mieux avec moins d'énergie. En effet, de plus en plus de spécialistes disent aujourd'hui que la technologie ne permettra pasde résoudre les problèmes liées à la raréfaction des sources d'énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon, uranium), de plus, nous pensons que leur utilisation devrait être remise en cause dès aujourd'hui étant donné leur rôle prépondérant dans les changements climatiques. Face à ces défis, nous avons expliqué l'importance de développer la résilience et de faciliter le changement culturel nécessaire. En effet, la vision actuelle du monde, les rêves d'avenir qu'elle véhicule... ne sont absolument pas basés sur des éléments lucides, réalistes ni même souhaitable.  La transition ne se limite donc pas à économiser l'énergie et diminuer les émissions de CO2. Le changement qui va se produire est beaucoup plus profond que cela, et c'est d'ailleurs une opportunité à saisir pour améliorer les conditions de vie, non pas en consommant plus, mais en relocalisant le plus possible l'économie, en retissant des liens et de la solidarité...

 

L'agriculture a aussi été abordée comme enjeu important au niveau énergétique. Du champ à nos assiettes, le modèle agroindustriel dominant est en effet profondément dépendant du pétrole. Il ne faut donc pas être devin pour comprendre qu'avec la hausses des prix de l'énergie, ce modèle va devenir de moins en moins tenable et que d'autres pistes, telles l'agroécologie et la permaculture, doivent être étudiées et mises en pratique.

 

D'autres questions ont été posées au sujet de nos projets et activités, des difficultés que nous rencontrons, des succès engrangés, de nos espoirs pour le futur... Cette agréable soirée s'est terminée en triquant, avant de raccompagner nos invités vers la gare d'Ath où ils ont repris le train pour Bruxelles.

 

Cette visite a été pour nous un grand honneur. L'attention de membres de l'Union Européenne à un modeste projet tel que le nôtre est aussi une preuve de plus que les Initiatives de Transition se développent de plus en plus, que leur réseau est reconnu et que leur action est importante. Nous tenons donc à remercier toutes les personnes ordinaires qui comme nous, font vivre la Transition dans notre époque pleine d'incertitudes. Ensemble, nous saisissons cette opportunité de changer les choses, cet appel à l'aventure... vers un futur que  nous voulons préférable au présent.

 

J.D.

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 14:11

Power_of_Community.jpg Nous avons le plaisir de vous annoncer la projection du Film

Le Pouvoir de la Communauté, comment Cuba a survécu au pic pétrolier

Power Of Community, how Cuba survived Peak Oil

Le jeudi 8 novembre 2012 à Ath (Infos pratiques plus bas dans l'article).

 

Cuba est souvent cité en exemple pour avoir connu un “pic du pétrole” avant l’heure. Il est donc très inspirant de se pencher sur les problèmes auxquels ont été et sont encore confrontés les cubains, ainsi que sur les solutions collectives qui ont été imaginées. Nous aurons aussi la chance de vivre cette 6e soirée ciné-transition en compagnie d'étudiants de l'école d'agriculture d'Ath (HEPH Condorcet) ayant effectué un voyage d'étude à Cuba il y a quelques mois. Ils pourront nous partager leur expérience.

 

Le Film et la réalité d'aujourd'hui

Ce film nous invite à découvrir les solutions mises en places à Cuba, pour faire face à la pénurie de pétrole que le pays a connu suite à l’effondrement du bloc soviétique en 1990. A cette époque, Cuba dépendait en effet très fortement de l’URSS pour l’approvisionnement en pétrole (50%) et en nourriture (plus de 80%). Lorsque le bloc soviétique s’est effondré, ces approvisionnements se sont arrêtés brutalement, et les cubains, mal préparés, étaient désespérés.

 

Ce film montre par exemple comment les cubains sont passés d’une agriculture industrielle très mécanisée, gourmande en fertilisants et énergies fossiles, à une agriculture plus locale, utilisant des méthodes écologiques, sur de petites parcelles ou dans des jardins urbains.

Power-of-Community_0.jpg

Un des éléments à en retenir, au regard d'une analyse récente de la situation publiée par l'asbl Barricade (La transition inachevée. Cuba et l’après-pétrole),  est que la situation reste difficile aujourd'hui, notamment parce que ces changements ont été imposés et non choisis.

 

Les échanges quelles implications pour Ath

Les échanges qui suivront le film seront une belle occasion d'explorer ensemble ce que le pic des énergies fossiles pourrait signifier pour Ath. Quelles solutions pratiques pourraient contribuer à renforcer la résilience de la ville afin de nous y préparer le mieux possible et de ne pas se retrouver dans la situation des cubains ?

 

Informations pratiques

    • Quand ? Jeudi 8 novembre à 19h45 jusque 22h15. 
    • Où ? dans une salle du Site Burbant (grenier 20), rue du Gouvernement à Ath.
    • Pour qui ? Pour toute personne intéressée, participation gratuite, un chapeau sera disponible pour soutenir nos activités. 
    • Il y aura du jus de fruit local, sentez-vous libre d'apporter de quoi grignoter que nous pourrons partager pour plus de convivialité. 
    • Contact et informations : 068 28 68 41 (Olivier) ou 068 75 11 21 (Josué) ou envoyez un e-mail.

 

Se former pour gagner en efficacité !

Ne manquez pas les formations proposées par le Réseau Transition Wallonie – Bruxelles et les Amis de la Terre – Belgique, avec un soutien financier de la Région Wallonne. Consultez le folder accompagnant cette invitation pour plus d’informations.

 

 

 

La Maison Culturelle d'Ath soutien cette soirée Ciné-Transition. mca

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 11:43

GrandPlaceAth.jpgMais que se passe-t-il le premier vendredi du mois ? Depuis ce mois juin, nous tenons  notre désormais traditionnel "café transition"...

Qu'est-ce que c'est qu'un "café-transition" ?

C'est passer de la parole aux actes... en mettant encore plus de plaisir et de la joie dans la transition. Parce que construire ensemble un projet de transition cohérent, qui augmente la résilience du territoire, passe aussi par l'attention à la résilience personnelle et à la résilience du groupe... prendre en compte les relations humaines, apprendre à mieux nous connaître pour mieux se soutenir dans ces temps de grands changements.

 

Les soirées "café-transition", c'est donc un rendez-vous dans un café du centre d'Ath, sans ordre du jour fixé à l'avance. On passe un bon moment ensemble et on discute autour d'un verre de ce qui nous vient à l'esprit à ce moment là. Que ce soit une idée de projet de transition ou tout simplement échanger sur nos vies pour mieux se connaître. Pas d'obligation de présence (attention, vous risquez quand même de rater un grand moment si vous ne venez pas...). Que l'on soit quatre, huit ou dix-huit, les personnes qui viennent sont les bonnes personnes pour passer un agréable moment...

 

Cette activité est ouverte à tout le monde. Et si vous êtes de mauvaise humeur, ça arrive, et on vous aidera à en changer :-)

 

Pratiquement

On change de café chaque mois. Un lieu est choisi pour le rendez-vous. S'il n'y a pas de table libre, nous allons dans un autre café de la Grand Place. Les lieux de rendez-vous sont notés dans l'agenda de la page d'accueil du site d'Ath en transition.

 

Après le café Le Mercier en septembre, la Régence en octobre, le rendez-vous de novembre est fixé à l'Estaminet vers 20h15 - 20h30.

 

Infos : 068 75 11 21 (chez Josué) ou écrire un mail ici.

Repost 0
Published by Ath en Transition - dans Les projets d'Ath en transition
commenter cet article